MADDALENA DE LENTO (CHIESE DI CORSICA ROMA 1936)


CHAPITRE DE L'OUVRAGE D'ORESTE TANJACOLI concernant l'église SANTA MARIA

On arrive à Lento , en remontant la vallée du Golo à partir de Casamozza,en passant par Campitello distant de quelques kilomètres.
Lento qui fait partie de l'ancienne piève de Bigorno, du vicariat forain de la Marana, a des origines très anciennes et fut un site fortifié d'une certaine importance.

Même l'église paroissiale actuelle ,sous le vocable de SAINTE MARIE MADELEINE , est de construction très ancienne puisque l'on peut lire la date de 1001,incisé sur un mur extérieur .Dans un premier temps, elle dépendait de SAN CERVONE, petite église érigée dans la montagne, à environ un mille de l'agglomération actuelle. Giovanni Della Grossa, dans ses écrits historiques sur le début de la seconde moitié du 15° siècle, y fait allusion. Selon cet historien bien connu, ce fut entre le 11° ET 12° siècle qu'une famille importante de la Costera secoua le joug des AMONDESCHI qui tyrannisaient le pays ,et les remplaça en fortifiant le lieu.

Les habitants actuels de LENTO sont les descendants de gens venus du plateau de TENDA obligés par les grandes tempêtes de neige qui s'abattirent sur leur territoire, suite au saccage presque total des arbres du lieu, au temps des Vandales (457-534) par ordre d'UNDERRICO, roi des GOTHS par un décret du 25/02/484.Ce souverain barbare fut un persécuteur déchaîné du christianisme. On lui doit la déportation en CORSE de 46 évêques de nombreux prêtes d'Afrique du Nord, qu'il contraignit à travailler dans la taille des arbres nécessaire au bois des navires. De plus il les obligea aussi à s'adonner à la culture des champs, pour les céréales nécessaires de son armée. cependant tous les habitants du plateau ne vinrent pas à Lento. Une partie descendit chercher une habitation dans le NEBBIO. Ceux de Lento, avant de se fixer dans le site actuel, se sont arrêtés un peu plus haut sur la montagne où est érigea petite église dédiée à SAN CERVONE qui fut leur première paroisse. Puis ils descendirent plus bas où ils construisirent leur maison et l'église actuelle avec son presbytère voisin. La petite église de SAN CERVONE ainsi abandonnée tomba rapidement en ruines et la messe n'y fut plus célébrée .Monseigneur MARIANI ,dans sa visite pastorale de 1646, parlait de la nouvelle église de SANTA MARIA MADDALENA, disant qu'elle était de très belle structure et bien équipée en ornements sacrés. L'autel majeur était consacré à la sainte titulaire: du côté de l'Evangile une chapelle est dédiée à l'ANNONCIATION et du côté de l'Epître au SAINT SACREMENT. En outre une troisième était en cours de réalisation dédiée à la MADONE DES GRACES en face de celui-ci un autre autel devait ensuite être édifié. A cette époque un canonicat annexe à cette église existait dédié à SAINT ANGE avec un petit oratoire distant de deux mille du village .Mais le patron titulaire de la paroisse était toujours SAN CERVONE . Lors d'une autre visite pastoral ,en Juin 1740, par Monseigneur AGOSTINO SALUZZO, le patron titulaire n'est plus SAN CERVONE mais SANTA MARIA MADDALENA. Cette année là l'église était occupée par une moitié par les soldats français qui l'avaient divisée en 2 parties séparées par une palissade de bois , pour en faire un magasin de vivres avec entée par la grande porte. Durant les 17° et 18° siècles l'édifice a subit des modifications qui en bouleversa le caractère primitif duquel il ne reste que peu de traces.

Ce texte a été traduit de l'italien par M. André ORSINI .

Actuellement la façade, avec ses pilastres , ses niches et son tympan triangulaire , est très simple mais bien ornée. Le haut clocher qui s'élève côté droit sur trois étages n'a subi que peu de modifications et a, en particulier, conservé des éléments gothiques, comme la fenêtre du second étage.
L'intérieur a trois nefs . Elle est à croix latine. Elle mesure 18 mètres de longueur et 14 mètres de largeur. L'autel majeur est en maçonnerie. Il n'a aucun caractère ainsi que la chaire.

Il y a 4 chapelles latérales, chacune avec un autel, dédiées respectivement à la MADONE DU ROSAIRE, à la MADONE DES GRACES, à la MADONE DE SEPT DOULEURS et au SACRE CŒUR. Les fonds baptismaux sont en marbre. La voûte centrale est décorée d'un médaillon en fresque représentant SAINTE DEVOTE, œuvre très soigné du peintre P.M. NOVELLINI, natif de Lento.

Le même artiste a peint un beau cadre de SAINTE MARIE MADELEINE s'inspirant de celui de MURILLO. A son pinceau on doit encore trois autres cadres et les stations du Chemin de Croix.